Portrait d'entrepreneur : Anthony Darré, co-fondateur de Bioburger

Bonjour à tous !

Vous avez peut-être vu se dresser quelques enseignes Bioburger dans Paris ? Eh bien nous allons aujourd'hui partir à la rencontre de l'un de ses co-fondateurs ! Bioburger deviendra-t-il le nouveau fast-food de référence en opposition aux géants américains ? On le leur souhaite !  

Un projet d'amis

Anthony Darré a eu l'idée de ce fast-food fait maison et bio en 2007, en deuxième année d'études. L'idée d'entreprendre s'est creusée au fur et à mesure des études, jusqu'à l'aboutissement : l'ouverture du premier restaurant en 2011.

Alors qu'il voulait au début travailler dans le luxe, il s'est vite rendu compte qu'il préférait être indépendant, et ne pas se réduire à une seule tâche, un seul métier. Anthony s'est associé avec Louis, un de ses amis d'école. Ils se demandaient en effet toujours où ils allaient manger le midi, et en ont eu assez de devoir finir dans des fast-food un peu glauque par manque de choix.

Ils ont donc commencé à réfléchir à leur projet, mais avant cela ils devaient s'assurer qu'ils fonctionneraient bien en tant qu'associés. Car être ami ne veut pas forcément dire qu'on formera un bon binôme de travail ! Ils ont donc fait des travaux de groupe ensemble et ont vu qu'ils étaient bien complémentaires. 

Pourquoi avoir lancé Bioburger ?

C'est tout d'abord venu d'une appétence personnelle pour le burger. Les deux fondateurs voulaient démocratiser la bio, qu'ils considèrent comme une vraie philosophie, ajoutant d'ailleurs une nuance au bio au masculin. 

Ils voulaient redorer l'image de la nourriture bio en montrant qu'elle peut être accessible à un prix juste, et très savoureuse. Le menu le moins cher, avec burger (l'original), frites ou coleslaw, et boisson, revient ainsi à 11,90€.

Les deux fondateurs ne pensaient pas que le restaurant deviendrait une chaîne, mais au vu du succès grandissant ils se sont dit qu'ils aimeraient bien en faire leur métier, et de manière ultime concurrencer les géants américains.

Une démarche responsable

Tout ce qui se mange et boit est bio, même le ketchup ! Il y a une alternative végétarienne pour ceux qui veulent manger sur le pouce mais rester fidèles à leurs principes.

De plus, dans le but de limiter les déchets, Bioburger est partenaire de la société Moulinot qui collecte les déchets, les traite et en fait un compost redistribué aux agriculteurs et particuliers qui en demandent. Vous aurez beau ouvrir l'œil, vous n'y trouverez pas d'emballages en plastique !

Conseils sur l'entrepreneuriat

Selon Anthony, le meilleur moment pour se lancer dans l'entrepreneuriat est après les études, car les risques sont limités. Il estime que l'entrepreneuriat revient à "planter beaucoup de graines pour qu'elles germent longtemps après". C'est un investissement sur le long-terme, et il faut savoir être patient pour en voir les fruits. 

Il estime que la difficulté lorsqu'on cherche du capital, est de ne pas tomber dans les fonds d'investissement. Son équipe veut garder son identité, et n'hésite pas à minimiser les marges afin de pouvoir rendre la nourriture biologique accessible à tous. 

Anthony regrette que l'Etat aide peu les entreprises qui essaient d'œuvrer en faveur de l'écologie. Il recommande aux particuliers qui cherchent à investir de se tourner vers des entreprises durables, grâce à la plateforme Lita, référence en terme de "crowd equity".

Pour Anthony, être entrepreneur c'est plein de choses : être multifonctions, prendre des risques, être persévérant, voir loin, et savoir prendre de la hauteur pour réfléchir à des problématiques de grande envergure. Idéalement si on peut être visionnaire, c'est un plus !

Il faut avoir une vision à 360° lorsque l'on entreprend : il est important de comprendre un minimum les différents métiers de l'entreprise afin de pouvoir guider légitimement. "Il faut maîtriser tous les ingrédients pour que la mayonnaise prenne". 

A des gens qui aimeraient se lancer dans l'entrepreneuriat, Anthony dit qu'il est nécessaire d'avoir du temps à y consacrer, sachant qu'il faut se donner corps et âme à son projet. Il est primordial de rester optimiste et de croire en soi.

 

Voilà pour le portrait d'Anthony, maintenant si vous le croisez dans l'un de ses restaurants vous pourrez lui dire tout ce que vous savez sur lui ! 

Briochement vôtre,

L'équipe Bonsaï

Leave a comment