Comment skier plus écolo ?

vacances hiver
 
Consommation d'énergie, gestion des déchets ou encore livraisons de neige artificielle (😱), faut-il arrêter de skier pour sauver nos montagnes ?
 
En changeant quelques mauvaises habitudes et en choisissant une station plus verte, vous pourrez dévaler les pentes enneigées tout en limitant votre empreinte écologique.
 
Le ski écolo n'existe pas, et les stations de ski écologiquement parfaite non plus. Certains d'entre eux enneigent artificiellement les pentes pour compenser le dégel. Ils transportent même de grandes quantités de neige par camion ou par avion, ou investissent dans des machines. Les coûts de production de la neige artificielle sont si élevés qu'elle n'est pas une solution écologiquement ou économiquement viable à long terme.
Pendant ce temps, d'autres stations prennent des mesures pour limiter leur impact environnemental. Un petit pas écologique qui peut être soutenu par un comportement plus respectueux de l'environnement lors de la pratique du ski.
 
Tout d'abord, choisissez une station de ski écologique.
Collecte des déchets, transport en commun sur site et ses alentours, recours aux énergies renouvelables.
 
En août 2019, un cliché d’un des plus hauts glaciers d’Autriche victime de deux bulldozers dans le but de relier deux stations de ski avait fait le tour de la twittosphère... N'oublions pas que les glaciers sont tous menacés par le réchauffement climatique.
  
 
Pourtant, l’impact écologique du ski n'est pas forcément pour les raisons que l’on pense : bien évidemment, les installations nécessaires à la pratique du ski (l'utilisation des remontées mécaniques ou l'énergie utiliser dans les logements) ont un impact écologique. Mais comme dans le cas du glacier autrichien, c'est le défrichement et le recours à l’enneigement artificiel qui est plus que menaçant pour nos montagnes. Plus de 90 milliards de litres d’eau seraient ainsi utilisés et gaspillés chaque hiver dans les Alpes... La neige artificielle, initialement supposée compenser les manques ponctuels de neige, s’est aujourd'hui généralisée et couvre plus de 30% des pistes alpines. Et le fait de prélever de l’eau, notamment dans les lacs de montagne, n’est pas sans conséquence sur la faune et la flore des montagnes...
 
Cependant, la Mountain Riders Association, explique que ce sont majoritairement les voitures individuelles massivement utilisées pour monter dans les stations qui polluent le plus. Selon l’association, près de 60% de la pollution due au ski serait ainsi liée au transport pour s’y rendre, un peu moins de 30% au chauffage (des logements et des commerces), contre seulement 2% à la gestion des pistes.
 
 Faites confiance au label "Flocon Vert" pour les trouver !
 
Décerné par la Mountain Riders Association, le label identifie les stations de ski qui répondent à un cahier des charges formulé par plus de 70 acteurs du tourisme de montagne et du développement durable. La liste s'allonge chaque année. Châtel ou Chamonix dans les Alpes (74) , Les Rousses dans le Jura (39) et La Pierre-Saint-Martindans les Pyrénées-Atlantiques (64) figurent dans cette liste.
 
Pour acquérir le label Flocon Vert et le statut de stations de ski écolos, les enseignes sont évaluées sur une liste de 67 critères d’abord environnementaux comme l'usage et la production d’énergies locales, une gestion des déchets ou encore la protection de la biodiversité. Ce n'est pas tout, elles doivent également proposer une activité durable sur les quatre saisons.
 
Un autre label, international cette fois, distingue les enseignes et les stations qui s'engagent dans une démarche éco-responsable : Green Globe.
  
De plus, continuez d'adopter un comportement irréprochable en ces lieux pour récompenser les efforts de ces stations de ski. Évidemment, ne jetez pas vos déchets dans la nature, et pensez à les trier. Pensez également à louer votre matériel de ski ou à acheter votre matériel d’occasion pour ainsi limiter la production de nouveaux accessoires.
 
Quelques astuces :
 
Optez pour les transports les moins polluants comme le train.
 
Privilégiant des destinations moins lointaines ;
 
Une fois installé, en profitez de toutes les offres de mobilités douces et en repensant vos pratiques ;
 
Prenez le temps de souffler, de laisser plus de place à l’émerveillement et à la découverte en marchant.
Vous hésitez entre deux tenues de ski ? Misez sur la qualité : plus durable et au final plus économique. Certaines marques d’équipements et de vêtements d'hiver offrent de meilleures garanties en termes de développement durable que d’autres (exemples : matériaux bios ou recyclés).
 
Il existe des labels comme OEKO-TEX 100, GOTS, EU Écolabel ou encore Ecocert pour distinguer ces marques.
 
Pour conclure, soyez respectueux de la faune et de la flore locales.
Nous pensons au ski hors piste. Cette pratique dangereuse pour vous l'est également pour la biodiversité locale. Il est possible que les animaux qui nichent au sol, dans les arbres, arbustes soient terrorisés à votre approche.
Il est donc préférable de restez sur les parcours balisés !
Back to blog

Leave a comment

Please note, comments need to be approved before they are published.