Portrait d'entrepreneuse : Pascale Baussant, Gérante de Baussant Conseil

Bonjour à vous, âmes curieuses,

Partons aujourd'hui à la rencontre de Pascale Baussant, cheffe d'entreprise spécialisée dans le conseil en gestion de patrimoine et femme engagée en faveur du climat.

Des premières craintes d'une aventure entrepreneuriale à un franc succès

Après une classe préparatoire, Pascale intègre l'école de commerce Kedge Business School de Marseille, et termine ses études à l'ESCP Europe, en vue de se spécialiser dans la gestion de patrimoine. Elle est en effet attirée par les deux aspects de cette discipline : le côté technique et le côté humain – elle entre dans l'intimité des clients, parfois célèbres, et cela est passionnant !

Pascale est salariée pendant sept ans, jusqu'à ce que le cabinet de conseil en gestion de patrimoine dans lequel elle est associée dépose son bilan. Elle a 29 ans, un bébé de 3 mois, et vient de perdre toutes ses économies.

Elle décide de tenter le tout pour le tout en créant sa propre entreprise. Période de stress, grand saut dans le vide... Elle enchaîne les nuits blanches. Mais la prise de risques est le seul moyen d'éviter d'avoir des regrets. Bientôt, l’entreprise de Pascale décolle, le bouche à oreille fonctionne, la fidélité des clients est au rendez-vous.

Pascale conseille aujourd’hui de ne pas attendre d'avoir une situation stable pour se lancer, car on se trouve sans cesse des excuses : "L'entrepreneuriat, c'est l'entreprise d'une vie". Il faut également être à l'écoute des perches que nous tend la vie.

Le développement de sa conscience écologique et ses actions pour faire bouger les choses en entreprise

A 40 ans passés, Pascale se demande quel est le but final de son entreprise, et ce qu’elle peut apporter « en plus ». Elle commence à s'intéresser à la finance durable et éthique, et décide de transformer son entreprise en une entreprise socialement responsable.

Selon elle, la finance est l’un des leviers de la transition énergétique et de la lutte environnementale, et Baussant Conseil en est le parfait exemple. Pascale et son équipe sont désormais considérées comme des pionniers et des ambassadeurs de l’investissement responsable.

Autant il existe de nombreux manuels sur la manière d’améliorer son empreinte écologique à l'échelle individuelle, autant il est plus difficile pour une entreprise de savoir par où commencer. Et plus particulièrement pour une petite entreprise. C'est pourquoi Pascale a rédigé le livre "Petit manuel pour l'entreprise : comment agir pour le climat ?", qui est paru en mars 2020 aux éditions EMS. Il est le fruit de plusieurs années de recherches et de tests grandeur nature, et l'auteure s'est appuyée sur ses propres expériences pour transmettre ses apprentissages au plus grand nombre. Modèle de partage, tous ses droits d'auteur sont versés à la fondation GoodPlanet.

Plus de 1500 exemplaires ont été vendus en six mois, ce qui montre que ce livre répond à un véritable besoin. Son auteure veut montrer que même les petites entreprises peuvent s'engager pour le climat : elle croit beaucoup à l'action et à l'importance de montrer l'exemple.

Parmi les conseils qu'elle donne pour améliorer ses actions environnementales, il y a des exemples tout simples. Commençons par le choix de la police de caractère : opter pour une police économe en encre permet d’économiser entre 25 à 33% d'encre – un impact très concret.  

Autre idée, pour lutter contre les déchets plastiques : offrir une gourde à chaque employé, et faire attention de choisir une gourde made in France. En moyenne, un salarié français utilise entre 600 et 700 gobelets par an, l’enjeu est considérable.

Une main de fer dans un gant de velours

L'entreprise de Pascale a adhéré au collectif 1% pour la planète, et Pascale en est devenue l'une des administratrices. Le principe du 1% for the Planet ? Reverser 1% du chiffre d'affaires annuel à des organisations de protection de l'environnement. Le cabinet Baussant Conseil soutient ainsi Veni Verdi, qui œuvre à transformer des toits de Paris en jardins potagers. 

Contrairement à de nombreuses femmes, Pascale n'a jamais subi de remarques sexistes au cours de sa carrière, bien que son domaine de prédilection soit principalement masculin (seulement 15% de femmes parmi les dirigeants de cabinets de conseil en gestion de patrimoine). Elle n'a jamais essayé de travailler comme un homme. On pressent chez elle la "main de fer dans le gant de velours". Elle a conservé son identité, sa douceur, son sens de l'écoute, et c'est aussi ce qui a fait son succès. Elle trouve d’ailleurs que son métier est particulièrement bien adapté aux femmes, par sa flexibilité (télétravail etc…), et par la place (centrale) de la capacité d'écoute. 

Parce que les entrepreneurs peuvent souvent se sentir seuls avec leur projet, Pascale a créé et dirigé pendant dix ans un club d’entrepreneurs. Permettre aux entrepreneurs de prendre du recul, échanger avec d’autres qui sont passés par les mêmes étapes... Pascale croit beaucoup à l'entraide.

Ses conseils

Pascale est constamment en ébullition et a beaucoup d'énergie à revendre. Une qualité qui l'a aidée tout au long de sa carrière : son sens de l’organisation. Il ne faut pas hésiter à déléguer et faire confiance à ses collaborateurs, même si cela peut être difficile. Ainsi, juste après avoir créé son propre cabinet de conseil, Pascale n’a pas attendu pour recruter un stagiaire, puis une collaboratrice, afin de maximiser les idées et se partager les tâches.

Être rigoureuse sans être perfectionniste lui a permis de prioriser. On se noie souvent dans des détails qui ne sont pas indispensables. Il faut lâcher prise, et accepter de garder en soi un soupçon d'insatisfaction.

Ses conseils pour mieux s'organiser :

- Écrire encore et toujours des to do list

- Se laisser des plages libres dans son agenda pour avoir du temps pour gérer les imprévus

- apprendre à dire non et ne pas accepter toutes les sollicitations : conférences etc.

Pour Pascale, l'entrepreneuriat "n'est pas un sprint, mais un marathon". Il faut savoir écouter son corps et son esprit pour tenir la distance et garder en toute circonstance un équilibre de vie.

Laisser un commentaire